DU CHANGEMENT DANS LE GRAND BAIN

 

Avec le changement de répartition du rythme scolaire et maintenant que la question du péri-scolaire a largement été travaillée, d’autres sujets viennent sur le devant de la scène. C’est le cas des séances de piscine que la ville organise pour les enfants. En effet, depuis le changement de rythme scolaire, les plannings des séances de piscine est devenu un casse-tête.

Un dispositif actuel très large.

 

Mais avant d’entrer plus dans les détails, il est important d’avoir une idée de ce qui est proposé aux enfants actuellement.

D’un point de vue réglementaire, depuis les nouveaux programmes, le but des séances de piscine est de permettre à tous les enfants de savoir nager en fin de classe de 6ème (qui fait partie du 3ème cycle depuis cette année). Pour ceci, les villes doivent permettre à tous les enfants de bénéficier d’au moins 30 séances sur sa scolarité primaire. Les enfants devant passer dans l’eau 40 min pour les élémentaires et 30 minutes pour les maternelles.

A Bois-Colombes, les enfants bénéficient de beaucoup plus de séances. En effet, il est prévu 16 séances pour les grandes sections et les CP, 24 pour les CE1 et les CE2 et 8 pour les CM1 et les CM2, soit un total de 96 heures. En plus, pour les élèves qui ont du mal à devenir nageur, des stages complémentaires leur sont proposés pendant les vacances scolaires.

Ce dispositif permet à la ville d’obtenir des résultats d’élèves ne sachant toujours pas nager en fin d’élémentaire très bas.

 

Un casse tête à organiser

 

Toutefois, ce dispositif est très lourd. En effet, les séances de piscine se déroulant pour tous les enfants de la ville au centre aquatique de Bois-Colombes, il est très compliqué de répartir des créneaux horaires suffisants pour permettre aux élèves de se déshabiller et se rhabiller tranquillement, mais surtout, certaines écoles étant très éloignées du centre aquatique, il faut organiser les transports par cars ce qui ne fait que rajouter des facteurs en plus à prendre en compte.

Enfin, ces dernières années, avec la diminution de la durée des après-midi, il est très difficile de caser 2 séances de suite diminuant les plages horaires possibles.

Résultats : pour certaines classes, il est impossible de respecter la durée de 40 min des séances. Les enfants perdent donc beaucoup de temps pour finalement peu d’activité.

 

« Faire moins, pour faire mieux » : Vers une diminution des séances mais un accompagnement individualisé

 

Face à cette situation, il fallait donc trouver une nouvelle organisation permettant aux enfants d’aller à leur séance sans devoir se dépêcher et en pouvant bénéficier d’un temps raisonnable dans l’eau.

Actuellement, même si ce ne sont que des pistes de travail, il est envisagé de diminuer le nombre de séance pour les classes de CE1 et de CE2. Elles passeraient à 16 séances par an comme les grandes sections et les CP. 

Dans un premier élan, nous pourrions considérer qu’il s’agit là d’un recul. Mais la mairie nous a assuré que des efforts seront fait en parallèle pour améliorer l’offre proposé aux élèves qui ont des difficultés particulières à devenir nageur. Par exemple, une piste de travail serait d’utiliser le temps des APC pour faire des séances en petits groupes.

Concrètement, cette nouvelle formule permettrait aux élèves de bénéficier, sur le temps de leur scolarité élémentaire, de 80 séances de natation. On peut se dire que pour apprendre à nager, 80 séances peuvent être suffisantes. De plus, pour les enfants a qui ça ne suffirait pas, il semble assez logique que plus de séances collectives n’apportent pas grand chose. Il y aurait donc une cohérence dans le fait de leur proposer des séances plus individualisées à la place.

Enfin, même si au final, pour beaucoup d’enfants, ce changement se traduira par une diminution du nombre de séances de piscine, si ce nouveau dispositif permet au même nombre d’enfants de savoir nager en fin de cycle 3, il serait même incompréhensible de continuer à emmener les élèves plus longtemps à la piscine ce qui se ferait au détriment du temps en classe. Toutefois, il est important de suivre l’évolution de la proportion d’enfant nageur en 6ème pour voir s’il ne baisse pas.

Dossier à suivre …

 

L’équipe FCPE – Bois-Colombes

 

 

 

 

About Antoine ROBERT

One thought on “DU CHANGEMENT DANS LE GRAND BAIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *