Compte rendu de la Commission Restauration du 24 novembre 2010

La commission restauration réunissant les responsables des équipes municipales concernées et les associations de parents d’élèves  s’est tenue le 24 novembre 2010. Vous pourrez lire ci-dessous un compte rendu rédigé par la FCPE.

Rappel de l’ordre du jour

  • Bilan depuis septembre 2010,
  • Point sur la nouvelle règlementation relative à l’équilibre alimentaire,
  • Organisation et retour sur les visites des parents sur sites,
  • Le rôle des animateurs sur le temps de la restauration.

Etaient présents

Pour la mairie

  • Mme Monique PATROIS, Maire Adjoint chargée de la Vie Scolaire
  • M. Arnaud WAUQUIER, Directeur Général Adjoint du Pôle Éducation
  • M. Marc DESSEROIR, Chef du Service Entretien / Restauration
  • Mme Anne OLIVIER, Responsable des équipes d’animateurs

Pour les Associations de Parents d’Elèves

  • Mme Sophie GIROUDON, Présidente de l’Association de Parents d’Élève AIBCN
  • Mme Corinne DIOT, Représentante de l’Association de Parents d’Élève AIBCN
  • Mme Paola PITAULT, Représentante de l’Association de Parents d’Elèves API
  • Mme Annick LEGUIDE, Représentante de l’Association de Parents d’Elèves API
  • Mme Valérie MARTY,  Représentante de l’Association de Parents d’Elèves PEEP
  • M. Jérôme de LAVENNE, Président de l’Association des Parents d’Elèves FCPE Sud

Début réunion 18h30.

En préambule de la séance, M. WAUQUIER précise que suite à la demande de la FCPE, le retour aux 3 commissions « éducatives » (restauration, périscolaire et travaux) est bien effectif.

Selon le souhait de la FCPE, chacune des 3 commissions bénéficiera bien de 2 réunions par année scolaire ; une en début d’année et l’autre en fin pour tirer le bilan.

1. Bilan depuis la rentrée scolaire (septembre 2010)

M. DESSEROIR a communiqué une série de tableaux comparatifs des effectifs – école par école – entre septembre/octobre 2009 et septembre/octobre 2010.

Le pourcentage moyen d’enfant inscrit à la cantine sur l’ensemble des écoles est de 75 à 80%. A priori la modification de la tarification (passage au forfait) n’a pas eu d’impact (à la baisse ou à la hausse) sur la fréquentation des cantines scolaires. A vérifier sur les mois à venir tout de même.

Le plus fort taux de fréquentation est sur l’école Françoise Dolto (quartier sud) et le plus faible Gramme (quartier nord). M. WAUQUIER souligne que cette observation se confirme selon les quartiers de la ville et les catégories sociaux professionnelles qui y sont majoritairement représentées. Plus la population d’un quartier est « aisée » plus la fréquentation à la cantine de l’école est élevée, inversement moins la population est « aisée » moins la fréquentation est importante.

Remarque : les A.P.E demandent l’effectif précis des enfants non inscrits à la restauration scolaire et allant à la cantine du fait de leur inscription ponctuelle au soutien scolaire.

Nouveau marché pour les cantines scolaires

Le renouvellement du marché a eu lieu en Juillet dernier. A partir d’un nouveau Cahier des charges prédéfinis par la mairie, 3 candidatures avaient été retenues :

  • SOLARES
  • AVENANCE
  • SOGERES

La candidature de SOGERES a finalement été retenue (1) pour son côté qualitatif et non pas d’un point de vue coût (Avenance étant par exemple moins chère mais moins qualitatifve)

(1)     Et non reconduite car il s’agissait d’un nouveau « Cahier des charges » définis par la mairie.

Parmi les définitions du nouveau Cahier des charges :

– tous les féculents seront désormais « bio »
– toutes les viandes (excepté le veau (2)) seront toutes certifiées label rouge
– certains plats (spaghetti bolognaise, hachis Parmentier, …) seront « fait maison »
– poisson « frais » 1 fois par semaine.
– pas de vinaigrettes industrielles mais « faites maison »
– pas d’huiles et de graisses hydrogénées
– pas d’huile d’Arachide dans aucune composition (entrée, plat, dessert, …)
– Animations : Découvertes de nouvelles saveurs, fêtes et petits déjeuners
– 1 ou 2 repas bio dans l’année avec une animation spécifique
– …

(2) le Veau français étant inabordable, le veau consommé vient de Nelle-Zélande

Remarque : les APE demandent que l’information (date, thème, contenu, …) de ces différentes animations soit communiquée aux parents via les panneaux d’infos des écoles

P.A.I (Projet d’Accueil Individualisé) :

Tous les parents dont les enfants ont un PAI restauration reçoivent préalablement et individuellement un exemplaire très détaillé des menus et de leur composition sur une période de 2 mois.

Il y a 74 enfants qui bénéficient d’un PAI sur l’ensemble des écoles de la commune.

Le Pain

Cet aliment faisait l’objet d’une attention toute particulière dans le cahier des charges où il est exigé qu’il provienne d’un artisan boulanger et non issu de la boulangerie industrielle.

Jusqu’à aujourd’hui cette mission était confiée (contrat avec la SOGERES) à une boulangerie de Bois-Colombes (près de l’école Jules Ferry). Celle-ci ayant considérablement augmentée ses prix, SOGERES a résilié le contrat et est donc à la recherche (avec la mairie) d’un nouvel artisan boulanger pour assurer la production des 800 baguettes / jour et environ 1000 viennoiseries / semaine nécessaire aux cantines scolaires de la commune

La réalisation d’une telle production demandant des moyens importants, la mairie propose à la SOGERES de choisir 2 boulangeries de la commune ; une dans le nord (pour les écoles du nord) et une dans le sud (pour les écoles du sud)

Le goûter

Il y a 2 types de goûters :

– le goûter des maternelles pris assis qui respecte scrupuleusement l’équilibre alimentaire indispensable et obligatoire.
– le goûter « pratique » des élémentaires. Du fait des contraintes de son mode de prise par les enfants (distribution et debout dans la cour), ce goûter ne peut pas toujours respecter l’équilibre alimentaire. La Mairie et la SOGERES font le maximum pour trouver le compromis idéal.

Remarque : l’AIBCN remonte que sur Jules Ferry il y a parfois pas assez de goûters pour tous les enfants. La FCPE souligne quant à elle ; que certains jours, les quantités (notamment sur les biscuits emballés) ne paraissent pas suffisantes.

2. Point sur la nouvelle réglementation relative à l’équilibre alimentaire

Les lois sur les nouvelles réglementations relatives à l’équilibre alimentaire votées il y a 1 an deviennent désormais obligatoires et donc soumises à un contrôle strict des instances référentes de l’état.

En cas de non respect, des sanctions sont appliquées aux municipalités contrevenantes.

Parmi ces contrôles figurent entre autre :

– L’équilibre des menus sur la semaine, le mois
– le grammage des portions

3. Organisation et retour sur les visites des parents sur sites

Les 2 visites sur Paul Bert A (API et FCPE) n’ont, d’une manière générale, pas pointé de grosses critiques sur le côté gustatif et qualitatif de la restauration. L’essentiel des remarques des parents ayant effectué la visite se faisant sur l’organisation autour du temps méridien : animation, temps, bruit, décor, … (cf. paragraphe 4)

La mairie reconnaît que les cantines de Paul Bert A/B et de Jules Ferry maternelle ne sont plus du tout adaptées (place, décor, acoustique, …) mais que les solutions rapides et efficaces, ne sont pas évidentes à trouver. Pour Paul Bert, M. Wauquier évoque même, le projet de réaménager en salle de restaurant, les anciennes cuisines qui se trouvent aux sous-sols du groupe scolaire.

Remarque : M. DESSEROIR demande que les parents qui effectuent des visites de cantine, lui envoie un exemplaire de leur CR.

Après une enquête sur l’organisation de ce temps école par école, M. DESSEROIR observe que la mise en place du soutien scolaire pourrait être un des éléments qui complique le bon déroulement de l’organisation des 2 services. Les enfants sortant du soutien (1) irrégulièrement entre 12h30-12h45 s’intercalant entre les 2 services.

Son observation se confirme dans les 2 écoles (Paul Bert B et Jules Ferry) qui ont fait le choix d’un temps de soutien plus long (1 heure) mais sur 2 jours/semaine alors que le reste des autres écoles ont fait le choix de 40 mn à raison de 3 fois/semaine. L’intégration d’un temps moins long du soutien pénaliserait donc moins les 2 services.

(1) 60 élèves par exemple sur Paul Bert B.

4 Le rôle des animateurs sur le temps de la restauration

Mme OLIVIER souligne qu’après un recrutement difficile (rentrée des étudiants), les effectifs ont tendance à se stabiliser et que la situation s’améliore mais elle reconnaît que la « compétence » du personnel n’est pas toujours à la hauteur et que certains animateurs ne savent pas toujours bien s’y prendre.

La charte du « Bon animateur » est toujours au stade de l’élaboration …(vestimentaire, attitude, langage, …).

Toujours selon la mairie, seule l’école Jules Ferry souffre d’un déficit d’effectif.

Mme PATROIS observe – comme cela a été le cas sur l’école Jules Ferry – que la qualité de l’organisation et de l’animation tient parfois à une seule personne. Une personne de qualité à la tête d’une équipe fait toute la différence.

Pour le cas de la Maternelle Paul Bert, la mairie souligne que l’organisation du temps du midi fonctionne avec 26 personnes (animateurs + atsem) ; ce qui fait 1 personne pour 12 enfants environ.

A propos de normes

  • Conseillées :

– Elémentaires : 1 personne pour de 25 à 35 élèves
– Maternelles : 1 personne pour de 15 à 20 élèves

  • Selon les Normes NF

– Elémentaires : 1 personne pour 30 élèves
– Maternelles : 1 personne pour 15

Après quelques visites des cantines, M. WAUQUIER constate aussi que si les animateurs ne parviennent pas toujours à faire preuve d’autorité, les enfants aussi s’imposent entre eux des règles et des codes assez durs et pour lesquels il est difficile à un adulte d’intervenir.

La FCPE souligne que le problème de l’animation vient également de la non reconnaissance par le monde enseignant (en général) du rôle et de la place des animateurs au sein de l’école.

La PEEP précise même à juste titre que ce temps méridien périscolaire devrait être un prolongement ludique de la journée scolaire dans le respect des mêmes règles (politesse, respect, règles de vie en communauté, camaraderie, …) et que enseignants et animateurs devraient travailler dans ce même sens.

Après discussion, la mairie et les APE reconnaissent que tant qu’il n’y aura pas de dialogues, d’échanges, de communications entre ces 2 « mondes » travaillant dans un même espace, le rôle des animateurs ne sera pas reconnu à juste titre et donc la qualité du service rendu en pâtira.

Ce sujet très vaste étant plus du domaine du périscolaire M. WAUQUIER clos la séance en informant l’assistance qu’une Commission Educative « Périscolaire » va être programmée le mercredi 15 Décembre.

Fin de la réunion 20h30.

 

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.