CR COPIL TNI (TABLEAU NUMERIQUE INTERACTIF)

Vous trouverez ci-après le compte rendu du comité de pilotage sur le numérique qui a eu lieu le Mardi 6 Mai 2014 dans la salle du conseil de la mairie.

Après un tour de table de présentation M. BOUHOURS rappelle l’origine de ce COPIL Informatique en précisant qu’une 1ère séance avec un comité plus restreint, a déjà eu lieu afin d’en définir les contours.  Il souligne que cette séance de COPIL est donc la 2ème et qu’en accord avec la municipalité, il a souhaité l’élargir  à la présence des directeurs d’écoles et des responsables d’Associations de Parents d’Élèves.

Il rappelle également que l’idée de ce COPIL a été impulsée par un partenariat entre :

  • L’Education Nationale pour la partie personnel et formation
  • La municipalité pour la partie financement

Le but de ce partenariat étant d’aborder tous les points (et les éventuels problèmes) liés à l’installation et au développement (à long terme) du numérique (enseignement et support d’enseignement) sur les écoles de Bois-Colombes.

Mme COLOMBEL s’associe pleinement aux propos de M. BOUHOURS.

M. THIROUARD rappelle que toutes les écoles élémentaires sont équipées d’un TNI et que la municipalité a budgété sur l’exercice 2014, l’achat de 5 nouveaux TNI. Le choix des 5 écoles qui en seront équipées se fera en collaboration entre les équipes enseignantes des écoles et M. BOUHOURS.

EXPLICATION DE L’USAGE ET L’EMPLOI D’UN TNI (Tableau Numérique Interacrif)TNI

Qu’est-ce qu’un TNI ?

Une démo vidéo est présentée par M. BERAUD de la société VIDÉO-SYNERGIE.

La société PROMETHEAN est le constructeur du TNI qui a été retenu par la municipalité et VIDÉO-SYNERGIE est la société qui en assure la commercialisation. Le contrat avec la municipalité est de 3 ans.

M. THIROUARD laisse la parole aux directeurs (et enseignants) qui utilisent déjà cette technologie dans leur classe.

Mlle ARNOUX (Ecole Françoise Dolto) souligne que l’équipement de sa classe remonte déjà à 2 ans  et que même après 2 ans d’utilisation, elle est persuadée de ne pas utiliser plus de 50% des capacités de l’appareil. Elle explique qu’il lui manque de la formation mais surtout du temps de manipulation. Elle révèle le côté très pratique de l’outil dans le cadre de l’enseignement.

(1) Sa classe fut parmi les premières équipées sur la commune. Le 1er TNI a été installé sur l’école La Cigogne en 2011

Mme SORIAUX (Ecole Gramme) l’utilise beaucoup en CP. Comme sa collègue, elle manque de pratique pour en maîtriser toutes les possibilités et précise que sa bonne utilisation passe plus par un investissement personnel (et de toute l’équipe enseignante) que par une formation, qu’elle juge cependant nécessaire. Elle estime que le côté mutualisation de l’outil au sein de l’école est également un facteur de réussite de sa bonne implantation au sein de l’école.

En matière de formation, M. BOUHOURS rappelle qu’elle est de :

  • 3 heures par la mairie lors de l’installation de l’appareil
  • 6 heures (par an ) par l’Education Nationale (dans le cadre du temps pédagogique). Ce temps de formation dépend du niveau de la formation (1er niveau ou perfectionnement).

Pour ce qui est de la formation proposée par l’Education Nationale plus précisément, il existe 2 modalités possibles :

  1. 18h00 de formation  pour les enseignants par année scolaire. Elles sont à prendre sur leur temps pédagogique. A partir de ces heures, M. BOUHOURS a imaginé un plan d’animation pédagogique autour du numérique qui sera mis en place à partir de la rentrée scolaire prochaine.
  2. les enseignants peuvent également souscrire à une démarche plus “personnelle” par l’inscription à des stages. Ces temps ne peuvent être pris sur du temps scolaire et/ou pédagogique. La démarche se fait donc sur du temps “personnel” et donc totalement bénévole.

M. BERAUD rapporte qu’il y a 2 types de formations délivrées dans le cadre du marché :

  1. Une formation (d’environ 3 heures) lors de l’installation du matériel dans la classe. Elle est donnée à l’enseignant qui utilisera l’outil et éventuellement a un 2ème enseignant mais pas plus : l’organisation de cette formation (très pratique) ne le permettant pas.
  2. Une formation de perfectionnement 4 mois plus tard : Lors de celle-ci, on développe des scénarios ludiques et appropriés aux besoins de l’utilisateur et l’enseignant peut exposer les problèmes d’exploitation qu’il rencontre.

classe TNIM. THIROUARD pose la question aux enseignants, de savoir si la formation est plus utile avant ou après l’installation du TNI dans leurs classes. Mme MARQUEZ (Ecole Paul Bert B) dit qu’elle serait plus favorable pour “avant” l’installation. Elle souligne aussi qu’une formation plus technique (entretien de l’appareil, mise à jour, …) serait également très utile pour les enseignants.

Sur ce sujet M. BERAUD rappelle que les mises à jour du TNI et des différents logiciels d’application ne sont pas automatiques. Une intervention d’un technicien VIDÉO-SYNERGIE doit être faite sur une fréquence de tous les 6 mois environ. Cependant M. BERAUD précise que ces mises à jour peuvent  aussi être réalisées par les enseignants eux-mêmes après une formation adaptée.

Un autre problème bloque l’application de ces mises à jour, c’est la défaillance de la connexion internet sur certaines écoles. Certaines écoles sont câblées et d’autres (Paul Bert ) fonctionnent avec des prises CPL où les distances importantes entre chaque prise-relais fragilisent la réception internet.

M. MARIE révèle que de nombreuses municipalités sont confrontées à ces problèmes de connexion pour leurs écoles.  Ce souci est principalement dû aux différents contrôles d’accès et de filtrages à internet (sécurité). Il souligne que l’Académie de Versailles travaille actuellement sur un projet qui éviterait (et simplifierait) tous ces soucis de connexion aux municipalités.

M. PIFFARD (Ecole Paul Bert A) revient sur l’entretien technique et le nettoyage de la lampe notamment. M. BERAUD précise qu’il ne faut pas tenir compte du message “nettoyage de la lampe à réaliser” qui s’affiche et qu’on peut même désactiver cette option.

A la question de savoir si une formation est utile pour un enseignant qui n’utilise pas encore un TNI, M. MARIE répond “oui” mais précise quand même qu’il ne faut pas attendre au-delà d’un an pour la mettre en pratique ; tout le bénéfice de la formation serait alors oublié.

Mme VINCENT remarque qu’il est judicieux que 2 ou 3 enseignants soient formés dans chacune des écoles, notamment en cas d’absence de l’enseignant titulaire de la classe TNI. Sur ce point précis, M. BERAUD répond qu’une formation plus  “basique” peut être proposée.

Sur la réflexion de l’équipement des écoles en numérique, M. MARIE souligne qu’il n’est pas toujours utile d’équiper toutes les classes. Il dit qu’une réflexion doit être portée par l’équipe enseignante de chaque école en collaboration par M. BOUHOURS et qu’un des premiers points de cette réflexion soit le volontariat ; c’est-à-dire dans un premier temps de n’équiper que les enseignants qui se portent volontaires.

M. BOUHOURS nous informe que sur les 114 classes sur la commune (10 écoles), 7 sont déjà équipées d’un TNI et que 20 enseignants sur sa circonscription académique (7ème) lui ont soumis une demande pour équiper leur classe.

QUELLES SONT LES CLASSES A ÉQUIPER EN PRIORITÉ ?

  • Par niveau ?
  • Les CM2 parce qu’ils retrouveront ce support au collège ?
  • les maternelles pour être mis dès le plus jeunes à l’utilisation du support ?

Mmes MARQUENET (Maternelle Paul Bert) SORIAUX (école Gramme) précisent qu’avant de dire “qui aura quoi”,  il faut d’abord savoir quelles sont les écoles (et donc les classes) potentiellement équipables compte tenu de la faiblesse des certaines connexions internet.

Au sujet de la connexion, M. BOUHOURS souligne que l’équipement des écoles en connexion WI-FI n’est pas totalement exclu. Il y a cependant certaines recommandations d’utilisation à respecter ; par exemple la coupure automatique du réseau en cas de non utilisation qui évite les fréquences en continue. Actuellement le blocage d’installation des écoles en wi-fi provient essentiellement de l’opposition des Associations de Parents d’Elèves

Pour résumer la réflexion sur le choix d’un niveau ou d’un autre :

  • M. MARIE indique qu’il faut se baser uniquement sur le volontariat des enseignants et d’avoir une réflexion école par école car cela doit rester avant tout un choix de l’équipe enseignante et de l’école.
  • M. BOUHOURS souhaite également qu’on aille rapidement vers un équipement des maternelles, dont certains enseignants sont déjà demandeurs.

LE VPI (ou VPNI) : ADAPTATION D’UN MATÉRIEL PROPRE AUX CLASSES DE MATERNELLESvpni 2

Le VPI = Vidéo Projecteur Interactif

Le VPI reprend la technologie du TNI, mais la grande différence (et donc l’amélioration) est que ce n’est plus le support (le tableau) qui est interactif mais l’image elle-même. Elle peut donc être projetée sur n’importe quel support et ne nécessite plus l’adjonction d’un tableau adapté (et souvent encombrant).

Sur le VPI l’image n’est plus seulement projetée de façon verticale mais peut aussi être projetée horizontalement sur un tapis, voire à même le sol. Cette technologie plus simple (un seul appareil) et surtout plus mobile est très intéressante pour l’enseignement en maternelle notamment, où les enfants sont souvent amenés à travailler par petit atelier et directement à même le sol.

Une démo vidéo est présentée par M. BERAUD

L’ensemble des directeurs (et enseignants) de maternelles sont convaincus par la démonstration et sont d’ores et déjà demandeurs ! M. CARRAZ excusé, avait laissé comme mot d’ordre à M. BOUHOURS que l’école Pierre-Joigneaux était également très intéressée par ce type d’outil.

Rappel : le contrat VIDÉO-SYNERGIE avec la mairie court sur 5 ans avec l’achat prévu de 5 TNI sur ces 3 ans. Pour info, un TNI coûte environ 4 000 euros et un VPI entre 2 500 et 3 000 euros.

Toujours dans le cadre de la réflexion autour de l’équipement des écoles. M. BOUHOURS soumet l’idée suivante :

  • réserver les 5 TNI pour l’équipement de classes élémentaires,
  • travailler sur le VPI pour l’équipement des maternelles (outil plus adapté pour ce niveau)

A ce sujet, M. THIROUARD précise qu’il reste (aux maternelles) encore environ 10 000 euros sur le budget dotation d’investissement 2014. Cette somme pourrait permettre l’achat de 2, 3 voire 4 VPI.

Une concertation entre les équipes enseignantes des 6 écoles maternelles, M. BOUHOURS et la mairie doit donc avoir lieu prochainement pour savoir si la totalité (ou partie) de ce solde sera mis sur l’achat de VPI et/ou s’il n’y a pas d’autres priorités en matériels pédagogiques.

M. BOUHOURS conclut la séance en précisant qu’il prévoit 2 ou 3 séances annuelles de ce COPIL pour que l’ensemble des partenaires scolaires puissent suivre l’évolution numérique sur les écoles de la commune.

Fin de séance 19h45.

A la fin de la réunion et après quelques mois d’utilisation, un enseignant nous confie avoir des inquiétudes sur les performances intrinsèques du matériel et du logiciel d’application fourni. L’image projetée est de qualité assez moyenne et on arrive très vite aux limites du logiciel en termes d’exploitation de l’outil lui-même. Ces 2 remarques corroborent celles qui ont été remontées lors des derniers conseils d’école où le point était abordé : à savoir que le logiciel fourni par Promethean est relativement limité et très vite l’enseignement s’en ressent.

La mairie tient à nuancer ce dernier propos en soulignant une sous-utilisation du matériel, liée àn un déficit de formation pédagogique (sujet évoqué dans ce CR).

La FCPE remercie M. BOUHOURS et M. THIROUARD pour cette invitation et pour l’initiative de cette concertation qui va totalement dans le sens de visibilité souhaitée par la FCPE.

ÉTAIENT PRÉSENTS

  • Mme COLOMBEL – Maire Adjointe en charge de la vie scolaire et périscolaire,
  • M. WAUQUIER – Directeur général Adjoint du Pôle Education,
  • M. THIROUARD – Chef du service Enseignement,
  • M. BOUHOURS – Inspecteur de l’Education Nationale,
  • Mme VINCENT – CPC sur Bois-Colombes
  • M. MARIE – TICE (1) détaché par l’E.N pour la 7ème circonscription académique,
  • M. BERAUD – Prestataire de service pour la société VIDÉO-SYNERGIE
  • Les directeurs et enseignants représentants d’école (2),
  • Les présidents des Associations de Parents d’Élèves FCPE (Sud et Nord) et API.

(1) TICE  = Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) recouvrent les outils et produits numériques pouvant être utilisés dans le cadre de l’éducation et de l’enseignement (TICE = TIC + Enseignement).

(2) M. CARRAZ directeur de l’école maternelle Pierre-Joigneaux était excusé

Compte rendu réalisé par l’équipe FCPE – Bois-Colombes Sud.

L’équipe FCPE – Bois-Colombes Sud.

 

 

 

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.