CR 1ère SÉANCE DU COMITÉ DE SUIVI

Dans la continuité du travail de concertation réalisé par le Comité de Pilotage, le Comité de suivi vient en appui du travail des équipes d’animation et des enseignants, pour suivre cette nouvelle organisation et l’aider à évoluer dans la meilleure direction pour le confort des tous : enfants, enseignants, animateurs et familles.

Vous trouverez ci-dessous l’essentiel des informations communiquées et des propos échangés lors de cette 1ère séance du mercredi 10 Décembre 2014.

ORDRE DU JOUR

  1. Evaluation de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires
  2. Annualité des modules
  3. Inscriptions aux modules
  4. Etudes surveillées
  5. Communication aux familles
  6. Place des associations de la ville dans le projet périscolaire.

En préambule de séance, Mme COLOMBEL propose un tour de table de présentation.

1 – ÉVALUATION DE LA MISE EN PLACE DE LA RÉFORME

1 – 1. INTRODUCTION DE Mme COLOMBEL (municipalité)

1 800 enfants sont inscrits aux activités périscolaires nées du nouvel emploi de temps scolaire, soit 61% des enfants scolarisés sur les 10 écoles (2 941 enfants)

SUR LE RÉFORME DES CHANGEMENTS DE RYTHMES SCOLAIRES 

+  La mise en place des modules,
+  La réactivité des équipes d’animation,
+  La mise en place d’amélioration à l’organisation (ex : la carte scolaire),
+  L’amélioration de la relation entre les équipes enseignantes et animation.

   La communication aux familles,
   Le contenu et l’organisation de certains modules,
   Les locaux disponibles sur certaines écoles.

SUR LA COMMISSION 

Au niveau local, ce sont les conseils d’école qui feront remonter les informations et propositions d’évolutions à la commission.

Au lieu des deux fois prévu à l’origine, cette commission se tiendra 3 fois par an et après les conseils d’écoles, ce qui était une demande de la FCPE.

La commission a pour but de piloter, d’évaluer la mise en place, d’étudier les informations et remontées des écoles et vérifie l’équilibre entre temps scolaire et périscolaire. Elle veille également à la cohérence territoriale. Elle peut faire des propositions d’aménagement mais le pouvoir décisionnaire reste au conseil municipal.

Concernant ses représentants, malgré la proposition de la FCPE d’augmenter un peu les représentants de l’Education Nationale et des parents d’élèves qui se trouvent en minorité par rapport à ceux de la mairie, la composition de la commission reste inchangé : 5 élus municipaux, 3 employés municipaux, l’inspecteur, 4 directeurs d’école, 5 représentants d’association de parents d’élèves

1 – 2.  POINT DE VUE DE M. BOUHOURS (Education Nationale)

Pour connaitre la perception des enseignants sur la mise en place de cette réforme, M. BOUHOURS a soumis aux 10 directeurs d’école un sondage composé de quelques questions types.

Il en ressort les points suivants qui sont plus de l’ordre de « l’impression » ; beaucoup d’enseignants estimant que le recul de 3 mois n’étant pas suffisant pour en tirer de véritables conclusions.

SUR LES ÉLÈVES 

+  Sur le reste de la semaine, le climat est plus serein : les journées étant plus courte, les enfants sont moins énervés

   Plus grande fatigue sur la fin de semaine.
   Les enfants passent finalement plus de temps en collectivité (sur l’école) qu’auparavant.

SUR LA QUESTION DES APPRENTISSAGES LE MERCREDI MATIN

Le changement de rythme est très favorable ! En particulier sur les apprentissages fondamentaux. Ça permet de prévoir des apprentissage par projet. Le mercredi matin a un petit goût des anciens samedis.

En maternelle, cela permet également de mettre en place 5 ateliers au lieu de 4 ce qui permet de faire des groupes plus petits avec moins d’élèves par atelier.

SUR LES APPRENTISSAGES DE L’APRÈS-MIDI

Les enseignants sont surpris par la brièveté des après-midi avec des récréations parfois déséquilibrées. Les après-midi sont plutôt réservé aux matières type découverte du monde / sciences.

D’UNE FACON GÉNÉRALE

Le changement de rythme rend plus compliqué les rencontres parents / profs. Il est compliqué d’être disponible à 15h45.

Par contre, les relations enseignants / équipes d’animation sont nettement meilleures.

Remarque sur les maternelles :

Mme LEPOTTIER souligne que le positionnement de la sieste pose un réel souci dans le nouvel emploi du temps scolaire de l’après-midi.

Elle rappelle aussi qu’avec ce nouvel emploi du temps et la sieste, les enseignants de maternelles perdent 4 après-midi d’apprentissage. Même si M. BOUHOURS tempère l’argument de Mme LEPOTTIER, en soulignant qu’ils gagnent en parallèle la matinée complète (3h00) du mercredi matin.

Concernant la sieste, les enseignants et les ATSEMS ne peuvent plus pratiquer le réveil « échelonné » en fonction des besoins de sommeil de l’enfant. Les nouveaux impératifs horaires les obligent à réveiller les enfants pour qu’ils partent en récréation puis sur leur apprentissage de fin de journée scolaire.

A la question de quantification de la fatigue, Mme LEPOTTIER précise qu’elle parvient à  mesurer la fatigue des enfants par des pleurs plus nombreux et par leur besoin plus systématique de leur « doudou ».

Suggestion soumise par une école :

Une solution consistant à allonger le temps du méridien, permettrait de déplacer le temps de sieste sur du temps périscolaire et donc à décaler le temps scolaire de l’après-midi de 15h à 17h, où le pic d’attention des enfants est le plus élevé en ce qui concerne l’après-midi.

POUR LES ENSEIGNANTS

« Nous sommes encore en phase d’adaptation »

+  L’inclusion du mercredi matin
+  Une bonne évolution du « climat scolaire »
+  Le positionnement de l’APC le mercredi en fin de matinée permet d’avoir des aides personnalisées de grandes qualités
(en particulier au niveau des maternelles).

 Préparation des cours plus compliquée.

Évolutions possibles de l’emploi du temps scolaire (à longue échéance) :

  • Etendre l’horaire de la matinée à 3h30 (3h00 actuellement).
  • Remplacement du mercredi matin par le samedi matin.
  • Les sorties de fin de journée plus échelonnées.
  • Semaine sur 5 journées identiques en terme d’horaire.

Pour conclure M. BOUHOURS souligne que toute volonté de réorganisation ne peut être envisagée qu’après au moins une année scolaire complète d’observation (en plus de celle de la mise en place) pour être efficace et justifiée.

Concernant le temps scolaire, le comité de suivi décide donc de se donner un an d’observation sans toucher aux bornes (8h30 / 11h30 / 13h30 / 15h45).

1 – 3.  POINT DE Mme OLIVIER (services périscolaires)

Mme OLIVIER communique un bilan chiffré des inscriptions  aux activités périscolaires. Elle rappelle que ce bilan n’est que sur 3 mois, voire 2 (Octobre-Novembre). Le mois de septembre n’étant pas très révélateur car servant plus de « calage » organisationnelle pour les familles.

Remarque : Tous les pourcentages communiqués sont calculés par rapport à l’ensemble des enfants scolarisés

POUR LES MATERNELLES

  • Accueil périscolaires (matin et soir) :       68%    (54 % en 2013)
  • Restauration :                                         89%     (identique à 2013)
  • ALSH (mercredi après-midi) :                  42%     (39% en 2013)

POUR LES ÉLÉMENTAIRES

  • Accueil périscolaire (matin) :                    10%     (12 % en 2013)
  • Accueil périscolaire (soir) :                        74%     (48% en 2013)
  • Restauration :                                           88%     (93% à 2013)
  • ALSH (mercredi après-midi) :                   27%     (23% en 2013)

POUR LES AUTRES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES PROPOSÉES

LES MODULES D’ACTIVITÉ (culturelles, sportives, ludiques)

Pour rappel, ils sont proposés 2 jours par semaine en alternance avec les 2 jours d’études surveillées.

147 modules sont proposés dans la semaine et sur l’ensemble des 10 écoles.

  • 91 pour le cycle 2 (CP, CE1 et CE2)
  • 56 pour le cycle 3 (CM1 et CM2)

LES ÉTUDES SURVEILLÉES

116 études sont programmées sur la semaine et sur l’ensemble des 10 écoles (126 en 2013)

GARDERIE DU MERCREDI MIDI (11h30 à 12h30)

248 enfants par mercredi et sur l’ensemble des 10 écoles, soit 8% des enfants scolarisés.

La mairie constate que ce qui devait passer pour un temps de « service » aux familles devient une vrai problème de gestion pour certaines écoles et leur équipe d’animation du fait des retards réguliers avec lequel certains parents viennent récupérer leur enfant.

Une évolution de ce service – actuellement gratuit – aux familles doit être soumise à une réflexion.

Enfin Mme OLIVIER confirme que le problème des locaux mis à disposition pour les activités impacte directement la bonne mise en place des nouveaux temps périscolaires ; ce que les associations de parents d’élèves ont très vite soulignés lors du Comité de pilotage.  Pour exemple, les anciennes écoles (Paul Bert, Jules-Ferry) ont plus du mal à gérer cette nouvelle organisation.

Remarque :

M. BOZEC demande si localement, chaque école à toute latitude pour faire quelques ajustements « pratiques », à partir du moment où animateurs et enseignants sont en accord. La mairie répond qu’il n’y a aucun obstacle, dans la mesure où cela ne concerne que de petites modifications.  Tous ces points pourront donc être vus et débattus au niveau de chaque conseil d’école.

2 – ANNUALISATION DES MODULES D’ACTIVITÉS

Mme COLOMBEL informe que certains modules initialement prévus ont été déprogrammés par manque de participant et/ou défection des animateurs qui avaient prévu d’en assurer la gestion.

En outre, la mairie reconnaît que certains modules proposés s’essoufflent car leur contenu pédagogique et éducatif n’est pas assez riche et pas suffisamment pensé sur le long terme.

Même si la mairie s’en défend, les représentants de parents d’élèves soulignent que beaucoup de retours de parents confirment cette lassitude de leurs enfants vis-à-vis de certains modules.

L’explication de Mme BAYARD sur le contenu de certains modules culturels notamment, met l’accent sur le fait qu’il y a une véritable différence « qualitative » de contenu entre les différents modules proposés. Cette différence – même si on salue le bon contenu de certains modules culturels – crée aussi une différence de « prestation » entre les enfants dans le choix des modules.

La FCPE rappelle que le choix initial du Comité de pilotage était de proposer aux enfants des modules axés sur la « découverte » d’activités (sportives, culturelles, artistiques, …) et non sur « l’apprentissage » à proprement dit d’une activité.

Les représentants de parents d’élèves proposent donc pour l’année prochaine de faire une différence entre les 2 types de modules et de faire en sorte que les enfants dans leur choix 2 modules puissent avoir l’un et l’autre des 2 types d’activité.

Mme COLOMBEL souligne également que cette lassitude constatée peut aussi s’expliquer par le fait que le choix du module n’a pas été fait par l’enfant mais plus par les parents. Ce constat redonne du sens à la demande du « choix par l’enfant » formulée par la FCPE  lors du  Comité de pilotage.

3 – LES INSCRIPTIONS AUX MODULES

Fort de ces 1ers constats, la mairie réfléchi dès à présent à une nouvelle organisation des inscriptions aux modules.

Idée pour la rentrée prochaine :

En septembre présentation aux enfants par l’équipe d’animateurs des différents modules programmés sur leur école. Dans un second temps (fin septembre début octobre), inscription – selon le choix de l’enfant – aux modules.

Remarque pour les maternelles :

Pas de modules proposés pour les maternelles à la rentrée 2015. Pour Mme COLOMBEL, l’âge des enfants et la fin de journée, ne sont pas vraiment compatibles avec la mise en place des modules tels qu’ils sont proposés sur les élémentaires.  A ce stade de la journée, les maternelles ont plus besoin d’activités ludiques et sans trop de contraintes (horaire, groupe, suivi, …)

Il n’y aura pas non plus de sortie anticipée cette année et à proche échéance pour les écoles maternelles (16h30 ou 17h) comme l’avait soumis les associations de parents d’élèves.

Toutefois et pour répondre à la demande des familles, la mairie porte dès à présent une réflexion sur une réorganisation complète des temps périscolaire, applicable à tous les niveaux scolaires, et qui pourrait proposer une sortie à 17h00 (cela reste du conditionnel). Une hypothèse pourrait être de donner le gouter qu’après 17h, permettant ainsi de faire une récréation et un véritable atelier entre 15h45 et 17h.

3 – LA GARDERIE DU MERCREDI MIDI

Même si la gratuité est présentée comme un point positif. Deux problèmes sont soulevés par la mairie sur ce temps qui était prévu comme « non qualitatif » et qui devait principalement servir de méthode pour connaître les besoins, la mairie n’ayant aucun moyen de mesurer cette demande :

  • Le nombre croissant d’enfants présents (la mairie pensant que cette augmentation repose plutôt sur une recherche de confort pour les parents plus qu’à un besoin).
  • Des parents de plus en plus en retards après 12h30.

La mairie réfléchit donc à une facturation de ce temps. Dans les faits, comme il s’agit d’une garderie, les enfants restent souvent à ne rien faire, parfois restant assis sur un banc, en attendant leur parent

Mme COLOMBEL rappelle que cette « gratuité » était prévue pour la 1ère année de mise en place, afin de permettre aux services municipaux de juger de l’utilité de ce service et de l’importance de la demande des familles.

4 – LES ÉTUDES SURVEILLÉES

L’année dernière, le comité de pilotage avait passé un accord avec les représentants de l’éducation national, pour ne mettre que deux soirs d’étude par semaine. En effet, depuis des années, l’éducation nationale va dans le sens d’une diminution voire d’une interdiction de certains types de devoirs à la maisons (en particuliers les devoirs écrits). La réduction du nombre d’étude va donc également dans ce sens.

M. BOUHOURS rappelle que le nombre de devoirs ne préfigure pas de la quantité du travail en classe (c’est même souvent l’inverse) et que souvent c’est un point de blocage avec les parents (qui en demandent plus).

Les enseignants s’étaient donc engagés à ne donner des devoirs que les 2 soirs d’étude. Or il s’avère que ce n’est pas toujours le cas.

M. BOUHOURS rappelle que cet accord doit être respecté et s’engage à faire en sorte pour qu’il le soit.

5 – LA COMMUNICATION 

La mairie reconnaît que sa communication n’a pas été bonne. Elle justifie ce manque de visibilité par une priorité donnée à la bonne mise en place sur les écoles.

Suite à la demande de l’API, la mairie ne souhaite pas organiser de réunion entre les parents et les animateurs par école. Celles-ci se terminant trop souvent par un déballage de cas individuels et un risque de voir les animateurs être pris à parti.

Une évolution possible dans la communication sera sans doute cette année une pré-inscription (administrative) au périscolaire vers le mois de mai. Ceci permettrait d’avoir une visibilité sur le nombre et la répartition des enfants pour l’organisation de l’offre de module.

L’inscription aux modules se faisant (comme dit précédemment) par les enfants fin septembre, après un mois de présentation et essai des modules.

Afin d’améliorer la communication entre les acteurs, des représentant du périscolaire, seront maintenant parti prenante des conseils d’école

Mme COLOMBEL constate que la séance a dépassé les 2h00 prévus en début de séance (21h00). Elle suggère donc de reporter le dernier point – LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS LE PÉRISCOLAIRE – à l’ordre du jour de la prochaine séance du Comité de suivi.

Fin de la séance 21h30.

PARTICIPANTS

POUR LA MAIRIE 

Mme COLOMBEL (maire adjointe à la vie scolaire et péri-scolaire), Mme GAUZERAN (maire adjointe Jeunesse, Accueils de Loisirs et séjours de vacances), Mme LEMAITRE (maire adjointe aux sports), M. MASQUELIER (Maire adjointà la culture).

M. WAUQUIEZ (directeur générale adjont pôle éducation), Mme OLIVIER (direction enfance, jeunesse, sports, enseignement, restauration et entretien ménager), Mme BAYART (direction de l’action culturelle).

POUR L’ÉDUCATION NATIONALE 

M. BOUHOURS (inspecteur de Bois-Colombes), M. BOZEC (Directeur de Paul Bert B), Mme LEPOTIER (directrice de Jules Ferry Maternelle), Mme HOFFENBACH (Directrice de Jules Ferry Elémentaire), M. HAYEY (directeur de La Cigogne).

POUR LES PARENTS D’ÉLÈVES 

M. DE LAVENNE (FCPE Sud), M. ROBERT (FCPE Nord), Mme VAN CAMPO (API) et Mme GANICHAUD (AIBCN).

EXCUSÉE :

Mme MARTY (PEEP)

Compte rendu rédigé par l’équipe FCPE.

About FCPE Bois-Colombes SUD

6 thoughts on “CR 1ère SÉANCE DU COMITÉ DE SUIVI

  1. « Remarque pour les maternelles :

    Pas de modules proposés pour les maternelles à la rentrée 2015. Pour Mme COLOMBEL, l’âge des enfants et la fin de journée, ne sont pas vraiment compatibles avec la mise en place des modules tels qu’ils sont proposés sur les élémentaires. A ce stade de la journée, les maternelles ont plus besoin d’activités ludiques et sans trop de contraintes (horaire, groupe, suivi, …)

    Il n’y aura pas non plus de sortie anticipée cette année et à proche échéance pour les écoles maternelles (16h30 ou 17h) comme l’avait soumis les associations de parents d’élèves.

    Concernant le temps scolaire, nous décidons de se donner un an d’observation sans toucher aux bornes (8h30 / 11h30 / 13h30 / 15h45).

    Toutefois et pour répondre à la demande des familles, la mairie porte dès à présent une réflexion sur une réorganisation complète des temps périscolaire, applicable à tous les niveaux scolaires, et qui pourrait proposer une sortie à 17h00 (cela reste du conditionnel). Une hypothèse pourrait être de donner le gouter qu’après 17h, permettant ainsi de faire une récréation et un véritable atelier entre 15h45 et 17h. »

    Donc, si je saisis bien ce passage remarquable, on constate que les élèves de maternelles sont très fatigués, que les journées sont trop longues, qu’on n’a ni les moyens humains ni en termes de locaux pour organiser des « modules » mais, plutôt que d’organiser une sortie anticipée qui soulagerait enfants, animateurs et familles, on décide de ne rien faire, de laisser les gamins à la garderie pendant 1h45 et de serrer les fesses jusqu’au mois de juin.

    1. Bonjour,
      Petites précision : entre 15h45 et 17h30, il ne s’agit pas de « garderie » : pendant ce temps, il y a le gouter (30min) et un temps d’activité (1h).

      Pourquoi rien ne change : parce que la mairie ne veut pas pour l’instant. De plus, un argument peut s’entendre, même s’il n’est pas forcément nécessaire, cette organisation permet d’avoir un vrai temps d’activité (1h) pendant lequel les enfants réalise cette activité dans de bonnes conditions. Cela évite les temps où les animateurs ne proposent que des activités bouche-trou car les enfants peuvent partir à n’importe quel moment.

      Mais parce qu’effectivement les associations de parents d’élèves font remonté pas mal de mécontentement à ce sujet, la mairie réfléchis à une autre organisation.

      Si vous avez des idées, nous les mettrons sur la table lors du prochain comité.

  2. Monsieur De Lavenne,

    Je me permets de répondre sur le site au message que vous avez eu l’amabilité de me faire parvenir.

    S’il vous plaît, ne me remerciez pas pour ma modeste contribution. Je ne laisse pas de commentaire pour être agréable à qui que ce soit mais simplement de façon très égoïste parce que je constate à la fois la fatigue et l’énervement des élèves (dont ma fille qui est en moyenne section à Paul Bert), et l’absurdité de l’organisation mise en place qui ne convient à personne.

    Loin de moi l’idée que la FCPE ait pu prôner le statu quo sur les horaires de sortie tardifs et je vous fais confiance pour avoir relayé vigoureusement cette revendication. Il me semble néanmoins que la mairie avait laissé entendre qu’on pourrait procéder à un réajustement des horaires d’ouverture des portes. Or, je constate, en lisant votre compte-rendu très détaillé, que cette organisation est désormais entérinée jusqu’à la fin de l’année scolaire et, si je saisis bien, la seule raison de ce report est que la mairie ne veut pas s’en occuper. Ce qui est la pire des raisons.

    Quant à l’argument avancé par Madame Colombel sur l’impossibilité des horaires différenciés de sortie entre les classes de maternelle et de primaire, il est lui-aussi absurde et ne doit tromper personne. Ça n’est pas parce qu’on permettrait aux élèves de maternelle de sortir à 17 heures qu’on serait obligés de les récupérer séance tenante. Rien n’empêcherait les mamans/papas/nounous de venir chercher la fratrie à 17h30 ou plus tard.

    Et si Madame Colombel veut vraiment savoir combien de familles seraient intéressées par des horaires moins étendus, il faut qu’elle organise un sondage.

    S’agissant enfin des modules et de l’opportunité d’en organiser en maternelle, je n’ai pas d’avis. Certains élèves sont peut-être trop jeunes. D’autres peut-être pas. Je n’en saurai jamais rien mais peu importe puisqu’on sait désormais que rien ne sera organisé (alors que la justification du changement de rythmes scolaires était de pouvoir proposer des activités aux élèves…).

    Pourquoi dans ces conditions les garder enfermés et entassés jusqu’à 17h30 ? Parce que même si tout le monde peste contre l’organisation actuelle, c’est tout de même beaucoup plus facile de ne rien faire. Nous verrons cela à la rentrée prochaine, c’est à dire aux calendes grecques !

  3. Bonjour
    Je suis utilisatrice du service de garderie du mercredi (11h30 à 12h30). ce temps est obligatoire car il est impossible d’être à l’école à 11h30 tout en ayant une activité professionnelle, et par ailleurs les enfants ont des activités associatives le mercredi après-midi, donc ils ne restent pas au centre de loisirs. L’autre solution, un temps évoquée l’an dernier, serait de faire manger tous les enfants à la cantine (donc payant) mais de les autoriser à sortir ensuite, après le repas: de 12h30 à 13h30. Cela éviterait qu’ils restent oisifs, assis sur un banc…. et le ventre creux ! Actuellement si on souhaite que les enfants mangent à la cantine le mercredi, ils ont obligation de rester au centre de loisirs, au détriment de leurs vrais activités extras-scolaires (et non pas de découvertes ou d’initiations, comme c’est le but des modules). Cette solution devait être envisagée après les vacances de Noël. Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.