Paul Bert B : Compte rendu du conseil d’école du 8 novembre 2011

Le 1er conseil 2011-2012 s’est tenu en présence des représentants de la mairie, de l’ensemble de l’équipe enseignante et des représentant des associations de parents d’élèves. Lisez l’intégralité du compte rendu de ce conseil d’école.

Etaient présents :
M. BOZEC Hervé, Directeur
Mme PATROIS, Maire Adjoint
Mme MATHIEU, DDN
Mmes et Mrs les Enseignants,
Mmes et Mrs les représentants des parents d’élèves,

Avant de se reporter à l’ordre du jour, Monsieur BOZEC rappelle le résultat des élections des représentants des parents d’élèves.

Cette année, la participation était en hausse. Elle est passée de 20/22 % les années précédentes à 32.13 %, ce qui correspond à 205 votants sur les 638 inscrits.

9 sièges ont été attribués à l’API et 7 sièges à la FCPE.

Les associations de parents  tiennent d’ailleurs, à ce propos, à remercier M. BOZEC pour avoir permis aux associations d’intervenir dans les classes lors des réunions d’informations qui ont eu lieu avant les élections.

FONCTIONNEMENT DE L’ECOLE :

1/ Carte scolaire :

Effectifs de rentrée :

Les effectifs de la rentrée 2011/2012 sont de 410 élèves pour Paul Bert B.

Ces élèves sont répartis sur 15 classes dont les effectifs sont variables selon les niveaux.

Effectifs de 31/32 élèves en CM2

27/28 CM1

27/28 CE2

25/26 CE1

24/25 CP

Il y a eu 105 nouvelles inscriptions dont 75 entrées en CP. On note une chute de ce chiffre par rapport aux deux rentrées précédentes (116 en 2010, 139 en 2009).

Effectifs prévisionnels :

Le plus gros des effectifs doit partir l’année prochaine avec le départ des CM2.

Les 120 élèves de grande section de la maternelle Paul Bert devraient se répartir équitablement sur Paul Bert A et B. De la même façon, les élèves de la maternelle Pierre Joigneaux seront répartis entre les écoles Paul Bert A et B et Françoise Dolto. 51 élèves  sont en grande section de l’école Pierre Joigneaux.

Les associations de parents d’élèves demandent qu’une répartition soit faite sur la répartition des effectifs de grande section à partir des adresses en la possession du Directeur de la maternelle Pierre Joigneaux, M. CARRAZ.

Compte tenu des données actuelles, les effectifs des 3 CP seraient autour de 25 élèves pour chacune des classes.  S’il y a le moindre solde négatif du à des déménagements, comme constaté depuis quelques années, cette moyenne va dès lors chuter et la fermeture d’une classe sera envisagée.

Ces chiffres doivent cependant être pris avec précaution. Aucune fermeture de classe n’est prévue pour le moment mais les chiffres restent tangents.

Les associations de parents d’élèves, très mobilisées sur le sujet, demandent à avoir le plus tôt possible les simulations d’effectifs sur Paul Bert B et Paul Bert A.

Dérogations :

L’API demande sur quels critères sont accordées les dérogations

L’accord de dérogation relève de la compétence du Maire et non de l’Education Nationale mais les Directeurs d’Ecole étaient jusqu’à présent consultés.

M. BOZEC informe l’assemblée qu’il ne participera pas à la prochaine commission dans la mesure où les avis donnés à la dernière commission n’ont pas été pris en compte et que la municipalité est revenue sur des avis partagés en commission dérogation.

Les représentants de parents d’élèves demandent à Mme PATROIS des précisions sur les critères retenus pour accorder ou non des dérogations. Ce point n’a pas été obtenu en séance.

PROJET D’ECOLE

1/ Projet culturel

 Les 3 classes de CE1 souhaitent travailler sur l’écriture d’un roman avec un auteur, projet qui mènerait à l’édition d’un livre. Le projet a été présenté et devrait recevoir une réponse fin Novembre.

2 des classes de CP et la classe CLIN ont, cette année, un projet de jardinage (plantations de fruits et légumes) dans des bacs et jardinières au sein de l’école : en attente de réponse.

Le cout financier pour chaque classe est demandé.

2/ Classes transplantées :

4 classes partent cette année :

2 classes CM1 partent en séjour neige au Reposoir en Haute-Savoie du 21 au 27 mars 2012.

La classe de CM2 de Monsieur JAMIN et la 3ème classe de CM1 partira aux mêmes dates au Grand Bornand.

Aucune information pour le moment sur le coût de ces voyages. Une information sur le cout financier par classe est demandée.

La seule chose connue est le budget global de 30 000 € alloué par la Mairie pour les 15 projets culturels retenus, toutes écoles confondues.

L’API et la FCPE se réjouissent  que toutes les classes d’un même niveau partent cette année en classe transplantées, ce qui assure qu’au moins chaque enfant soit au moins parti une fois s’il a fait toute sa scolarité à Paul Bert B.

3/ Présentation du RASED:

Une feuille de présentation du rôle de chaque membre de ce réseau a été donnée à chaque participant au Conseil d’Ecole.

Le réseau, sur Bois-Colombes, dispose toujours de 5 postes malgré les restrictions budgétaires constatées sur les autres communes :

– 2 psychologues à plein temps : 1 pour la zone sud et 1 pour la zone nord,

– 1 enseignante spécialisée dont le travail se concentre sur le comportement des élèves et la rééducation,

– 1 enseignante spécialisée dont le travail porte essentiellement sur la pédagogie et qui travaille exclusivement sur Bois-Colombes Nord, à la demande de Mme Aussibel, l’inspectrice.

Malgré cette affectation exclusive du maître E sur la zone nord, les temps de concertation avec le Rased doivent être l’occasion d’une prise de distanciation sur les situations particulières d’élèves.

– 1 poste non pourvu : le second enseignant spécialisé (volet pédagogique) sur la zone Sud. Risque de suppression du poste.

4/ Langues vivantes :

La FCPE s’inquiète de l’enseignement des langues car celui-ci n’est pas assuré jusqu’à la fin de l’année Elle  voudrait savoir si l’intervention de l’assistante d’anglais est une réponse au courrier adressé à Mme l’inspectrice à ce sujet.

Point sur la situation actuelle :

En Anglais : Les enseignants assurent eux-mêmes les cours d’anglais sauf dans une classe de CM2 qui dispose d’une assistante. Certains enseignants non habilités, compte tenu de l’année de l’obtention de leur concours, vont passer une habilitation cette année.

Une classe de CM2 où l’enseignante ne dispense pas les cours d’anglais bénéficie d’une assistante de langue (à bien distinguer de l’intervenant). Il s’agit d’une étudiante native des Etats Unis qui a été recrutée pour 12 heures par semaine réparties sur 3 écoles maximum et ce, jusqu’à fin mars. Elle intervient sur Paul Bert B 2 fois 45 minutes, le mardi et le jeudi.

Cette personne ne peut être seule dans la classe. L’enseignant est toujours présent.

En Allemand : Madame LAMMERS est une intervenante qui peut assurer seule le cours en allemand. Son contrat est d’une durée de 6 mois et finira donc en février 2012.

Madame AUSSIBEL, Inspectrice de l’Education Nationale, réfléchit actuellement à une solution pour enseigner l’allemand au moins 45 minutes par semaine après le départ de Mme LAMMERS.

5 enfants par classe de niveau 3 (CE2, CM1 et Cm2) environ sont concernés par l’enseignement de l’allemand.

5/ Présentation des comptes OCCE pour 2010/2011

La somme avec laquelle on redémarre l’année scolaire est d’un montant de 6 627.82 €.

Quelques précisions sur différentes lignes :

Produit (ligne 77) correspond aux dons des parents d’élèves à la coopérative.

Cette somme est de 8 131.75 € soit 17 à 20 € par élève.

Un seul appel est fait par an.

Charges (607) pour 5 365 € et Produits (707) pour 7614 € correspondent respectivement aux sommes déboursées par l’Ecole pour l’achat des photos de classe et photos individuelles et aux sommes versées par les familles lors de la vente de ces mêmes photos. La différence constitue un bénéfice pour l’Ecole.

La Mairie verse une subvention de 1461 € par an pour l’entretien du photocopieur.

Il est noté le retard dans le versement de la subvention annuelle accordée par la Mairie à la Caisse des Ecoles (dans les comptes de cette année, il figure 2 subventions celle de l’année dernière et celle de cette année)

A ce propos, il serait intéressant que l’Ecole puisse bénéficier d’un budget indépendant pour un photocopieur, en provenance de la Mairie sans qu’il soit nécessaire de passer par la Coopérative.

La mairie dote d’autre part l’école d’un budget de 1 357.56€, permettant à chaque enseignant de faire 3 000 copies par an (soit environ 100 par élève). En réalité, il faudrait 4 500 à 5 000 copies par classe et par an selon les enseignants qui pour certains sont dans l’obligation aujourd’hui de faire appel aux parents pour combler les manques.

Mme PATROIS s’engage à donner une réponse sur la possibilité d’extension du budget copies de la Mairie aux écoles. Mme PATROIS doit se renseigner afin de savoir pourquoi il n’existe pas de marché public pour les contrats des photocopieurs et fournir la réponse à M. BOZEC ou au plus tard lors du prochain conseil d’école.

La FCPE trouve anormal que le coût de l’entretien de la photocopieuse soit pris dans la caisse de l’école (même s’il est remboursé par la suite par la mairie) ; ces frais d’entretien reviennent à la mairie.

6/ Règlement intérieur :

Pas de modification par rapport à l’année précédente.

En ce qui concerne la discipline, M. BOZEC rappelle qu’une fois le règlement adopté, les règles deviennent lois et doivent être respectées.

En raison de problèmes de liaison entre les Directeurs d’Ecoles et les responsables de la vie périscolaire pour l’application du règlement intérieur, des points réguliers vont être organisés entre eux tout au long de l’année scolaire.

7/ Rapport du Conseil Economique et Social sur les inégalités scolaires :

Ce rapport fait état de constats objectifs et donne des préconisations pour apporter des pistes de réflexion aux politiques.

Le rapport souligne une forte démocratisation du système scolaire jusque dans les années 90 (allongement scolarité, différents et nombreux parcours diplômant …) avec une volonté d’assurer la réussite de chaque enfant en fonction de ses compétences.

Depuis la fin des années 90, on constate de gros écarts entre les enfants, retards qui  ne sont  plus comblés par l’Ecole.

15 à 18 % des enfants sortent sans bagages en fin de 3ème, ce qui représente environ 130 000 élèves.

Un constat amer : l’Ecole n’arrive plus à réduire les inégalités et ces différences sont marquées de plus en plus tôt. Les écarts ont même plutôt tendance à s’accroître au fil du temps notamment au niveau des compétences langagières.

Le rapport n’évoque pas les raisons de ce creusement des inégalités mais signale que ces inégalités sont très fortement marquées socialement (importance du milieu social et culturel).

Le cloisonnement en disciplines et l’adolescence vont aggraver les écarts au Collège.

On note également un écart de réussite entre filles et garçons en faveur des filles qui font des études plus longues.

Le rapport parle également d’inégalités géographiques, ce qui peut avoir un intérêt pour la carte scolaire et une incidence sur le climat scolaire et les apprentissages.

Pour l’Ile de France (hors Paris), les résultats sont moins bons qu’ailleurs compte-tenu de la richesse moyenne des habitants et du niveau de développement économique du territoire.

Deux explications sont mises en avant  par le rapport :

– Incohérences de la démocratisation notamment au collège (cours magistraux, disciplines très cloisonnés)

– Accumulation des réformes non suffisamment expliquées et non accompagnées donc sujettes à des interprétations différentes (EX : Le socle commun de compétences suscite des difficultés d’appréhension par tout le monde, enseignants et parents).

L’Ecole fonctionne essentiellement aujourd’hui grâce à l’implication et à la bonne volonté des enseignants. Une évolution est nécessaire, particulièrement au Collège.

Conclusion :

–       La société évolue

–       Progrès technologiques immenses et rapides

–       Société de l’instant

–       Opposition entre apprentissage et rapidité

–       Société individualiste

–       Enfant Roi

Toutes ces constatations entrainent des difficultés supplémentaires pour l’école, d’autant que nous subissons une espèce de régression du conditionnement social vis-à-vis de l’effort et de l’autorité.

L’API ajoute un point divers sur l’informatique.

Elle fait le lien entre le nombre d’appareils en fonctionnement, le mauvais état de fonctionnement du serveur, l’existence des prises réseaux dans les salles dans lesquelles se situent les ordinateurs et  les inégalités scolaires dont le rapport présenté en séance fait état.

Elle souligne que tous les enfants de Bois-Colombes n’ont pas un accès à l’informatique au sein de leur famille.

Elle s’interroge sur le changement de salle informatique et sur le nombre de postes en état de marche.

M. BOZEC fait le constat suivant :

Le serveur fourni par l’éducation nationale ne fonctionne pas correctement, et il n’y aucune maintenance assurée. Par ailleurs sur les 15 ordinateurs achetés de 2005 à  2008 par la Mairie, il ne reste que 5 postes qui fonctionnent pour toute l’école (à comparer à la moyenne française d’un ordinateur pour 10 élèves).

Les enseignants s’interrogent sur la possibilité de faire passer le B2I aux élèves de CM2 sans un équipement à la hauteur des qualifications attendues. M. BOZEC affirme que Mme AUSSIBEL cherche une solution.

L’API demande à Mme PATROIS de prendre en main ces problématiques et de revenir au 1er décembre avec les solutions envisagées, au moins pour les 2 problèmes les plus urgents (CM2 et connexion internet de l’école).

La fête de l’école aura lieu le 15 juin de 18 à 22 heures et des demandes de prêt de matériel ont été faites par Mr BOZEC auprès des services compétents. Lors du conseil d’école, Mme PATROIS mentionne ne pas avoir eu connaissance de ce courrier. Mme PATROIS émet quelques doutes sur la date pour cause d’élections législatives le même WE.

A la date de rédaction du compte rendu (mi novembre 2011), aucune réponse de la Mairie n’a été fournie ni à M. BOZEC ni aux Associations de Parents d’élèves sur la confirmation de la tenue de la fête de Kermesse à cette date.

A noter : Une première réunion pour organiser la kermesse entre des parents des deux associations et des enseignants a déjà eu lieu le 03 novembre dernier. Une prochaine rencontre est prévue le 9 janvier à l’école, réunion à laquelle tous les parents volontaires pour participer à l’organisation de la kermesse sont conviés.

M. BOZEC informe le conseil qu’une réflexion est menée par les directeurs et les associations de parents à Bois-Colombes pour tenter de mobiliser les parents qui sont loin de l’école. Des dates sont avancées les 8 /9 /10 décembre, M. BOZEC confirmera.

8/ Divers

Compte tenu de l’arrivée tardive de Mme PATROIS au Conseil d’école, il a été abordé plusieurs points en fin de conseil d’école :

– L’API demande que les bacs de fleurs qui sont en face de Paul Bert B soient enlevés afin de fluidifier la sortie des élèves. Le point est noté par Mme PATROIS et mentionne que la gouttière fuit notamment juste à l’entrée de l’école Elle demande qu’une réparation soit faite rapidement Le point est noté par Mme PATROIS.

– Tous les points relatifs au périscolaire n’ont pas pu être traités compte tenu de l’absence de la Directrice du périscolaire dont la présence avait été demandée par les Associations de Parents d’élèves.

La séance se termine par un pot offert par les associations de parents d’élèves.

La séance est levée à 20:50

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *