Paul Bert B : CR 1er Conseil d’Ecole

conseil_ecoleVous trouverez ci-dessous, le compte rendu officiel des propos et échanges entrent représentants de parents d’élèveséquipe enseignante et représentants de la municipalité, qui se sont tenus lors du 1er Conseil d’Ecole 2012-2013 du Vendredi 16 Novembre 2012 à l’école Paul Bert B.

Pour rappel l’Ordre du jour :

Fonctionnement de l’école

  • Point rapide sur les effectifs
  • Point sur les remplacements
  • Pause méridienne (effectifs, organisation, temps pour déjeuner) – Volet sanctions du règlement intérieur
  • Adoption du règlement intérieur de l’école
  • Refondation de l’école :
    • Les grands points du rapport
    • Les rythmes scolaires: quelles conséquences pour les collectivités locales ?

 

  • le projet d’école
  • Coopérative scolaire : bilan financier 2011/2012
  • Projets culturels & classes de découvertes

En préambule, M. BOZEC précise les modifications apportées au calendrier scolaire compte tenu de l’allongement de 2 jours des vacances scolaires de la Toussaint : 1 jour sera récupéré le vendredi 5 juillet, 1 autre le mercredi 22 mai. Ces modifications sont valables pour l’ensemble des Hauts-de-Seine

1 – Fonctionnement de l’école

  • Point rapide sur les effectifs

L’école compte 409 élèves : 84 CP, 73 CE1, 81 CE2, 87 CM1 et 84 CM2. A noter que beaucoup d’inscriptions se sont faites pendant les vacances cet été et en début d’année avec notamment 18 admissions nouvelles en classe CLIN. Ces nouveaux élèves sont pour la plupart en fin de cursus élémentaire (10 enfants de CM1, CM2) voir même en âge d’être au collège pour 2 d’entre eux. 4 enfants n’ont par ailleurs jamais été scolarisés dans leur pays d’origine.

Le nombre d’élèves sur le temps méridien a augmenté cette année pour s’élever à 355/365 élèves sur le temps du midi ; la capacité d’accueil est donc à son maximum. Certains élèves n’ont pas pu ainsi à plusieurs reprises terminer leur repas pour 13 h 30 lorsque les plats servis nécessitaient des manipulations plus importantes que d’ordinaire pour le personnel de restauration,   et ce malgré un flux continu des services de repas. A noter que la Municipalité a essayé d’améliorer les temps d’attente des enfants en leur proposant de passer moins de temps dans les couloirs

Sur le temps d’étude, on dénombre de 145 à 165 élèves selon les jours de la semaine, ce qui correspond à 8 groupes de 20 à 22 élèves par groupe.

  • Point sur les remplacements

La commune a dû gérer 4 remplacements cette année sur l’établissement. La classe de CM1 a pu bénéficier d’une semaine de doublon avec le nouvel enseignant avant départ de l’enseignant titulaire, en congé maternité, ce qui est assez rare. Les APE (1) se réjouissent  de cette solution qui devrait pouvoir être renouvelée, notamment en cas de remplacement de longue durée.

Concernant certaines absences de courte durée qui se sont produites avant la Toussaint, les enseignants et la Direction réfléchissent actuellement à la mise en place d’une pochette d’exercices pour chaque classe préparée par leur enseignant afin de fournir quelques occupations lorsque les élèves sont accueillis dans d’autres classes.

A cette occasion, la FCPE évoque son entretien avec l’inspection académique et les grandes difficultés recensées au niveau du département en ce qui concerne les remplacements. En principe, la situation connue les premières semaines de la rentrée devrait grandement s’améliorer puisque les brigades de remplaçants (du 92) ont été remises à disposition du département après la formation des professeurs des écoles stagiaires.

La FCPE précise qu’il serait important que les parents soient mieux au fait du mode de fonctionnement des remplacements. L’API souligne qu’il faut aussi tenir compte de la temporalité et qu’il est plus difficile pour les parents de comprendre quand l’absence non remplacée dure.

Il est décidé d’informer les parents, lors de la réunion d’information générale réalisée par le Directeur d’école en début d’année scolaire, des moyens ou solutions possibles en cas d’absence des enseignants. Les APE relaieront également une information sur ce sujet.

  • Pause méridienne (effectif, organisation, temps de déjeuner) – Volet sanctions du Règlement Intérieur

Madame PATROIS est satisfaite de la visite de cantine récemment effectuée par ses soins : tenue des enfants, niveau sonore, … Elle rappelle que la norme en ce qui concerne le taux d’encadrement par des animateurs est de 1 pour 30. Concernant Paul Bert B, les 355 enfants sont encadrés par 17 animateurs et un responsable. Chaque classe dispose d’un animateur-référent et le gardien, M. HENNEBERT s’occupent des enfants  qui vont à l’aide personnalisée.

La municipalité met actuellement en place des activités ludiques et citoyennes sur le temps méridien au volontariat des enfants (Cf. Hip-hop, Atelier couture, danse contemporaine, organisation chorégraphie Flash Mob, jeux de société …). Un affichage sera fait sur le sujet très prochainement. Certains enseignants s’interrogent sur la pertinence de certaines activités proposées (cf. Hip Hop) et/ou remettent en cause le principe même d’une activité physique sur le temps méridien … juste avant la reprise des cours !

Des animations sont aussi proposées aux enfants par SOGERES, le prestataire restauration plusieurs fois par an : semaine droit de l’enfant, magie, contes et poésie, jeux, …

Par ailleurs, concernant la restauration, il est précisé que les menus ont été modifiés pour lutter contre le gaspillage : une seule entrée et un seul légume d’accompagnement (1 jour féculent/ 1 jour légumes en alternance) mais des fruits en plus grande quantité.

Enfin, Le directeur explique les difficultés rencontrées avec certains élèves « turbulents » sur le temps méridien : la résolution nécessite une révision du règlement intérieur du périscolaire puisque cela se produit sur le temps du midi et que le règlement actuel ne prévoit pas de sanctions. Ce sujet est en discussion avec la Municipalité. M. BOZEC insiste pour qu’il y ait une distance marquée entre les animateurs et les enfants, comme elle peut l’être entre les enfants et les enseignants.

  • Adoption du règlement intérieur de l’école

Il est proposé de modifier le règlement intérieur de l’école sur différents points :

  1. En ce qui concerne le chapitre « HORAIRES » et consécutivement à une réorganisation de l’aide personnalisée  : les termes « Cette aide est organisée les lundi, mardi, jeudi de 11H30 à 12H10 » sont insérés.
  2. Sur le chapitre HYGIÈNE« HYGIENE ET SANTE » : les termes suivants sont rajoutés : « La prise de médicament en cas de maladie non chronique n’est administrée que sur demande écrite des parents et présentation de l’ordonnance à l’infirmière. Seule l’infirmière peut délivrer des médicaments »

Il est précisé qu’il s’agit de mettre en place une procédure conforme à la règlementation, les enseignants ne pouvant délivrer aucun médicament.

L’API demande à ce que soit soumis à l’infirmière l’idée qu’elle informe les parents (appel téléphonique ou information par le cahier de correspondance) du type de médicament administré, de l’heure et du dosage. Par ailleurs, les enseignants observent que parfois certains parents administrent des médicaments le matin sans en informer l’infirmière ou l’enseignant.

  1. Sur le chapitre « SURVEILLANCE ET SECURITE » : les éléments suivants sont ajoutés : «  la circulation d’enfants seuls est autorisée mais il est rappelé que celle-ci n’est pas sans danger (escaliers, toilettes …) » ; Pendant les périodes d’accueil et aux récréations « une surveillance effective et vigilante » est exercée par des  enseignants de service. « Le fait que certains enfants restent seuls dans la classe au moment des récréations n’est pas sans danger (fenêtres …) ».

Il est indiqué que sur le temps scolaire (hors temps méridien), même en cas de circulation de l’enfant, la responsabilité reste attribuée à l’enseignant. Sur le temps du midi, un autre règlement intérieur est en application, lequel relève de la municipalité.

  1. Sur le chapitre « VIE SCOLAIRE » : sur les exclusions, il est ajouté : «  Il est permis d’isoler de ses camarades et sous surveillance un enfant difficile ».

Le règlement intérieur tel qu’amendé est adopté à l’unanimité.

  • Refondation de l’école : les grands points du rapport ; les rythmes scolaires : quelles conséquences pour les collectivités locales ?

Avant d’aborder le sujet à l’ordre du jour, La FCPE indique que compte tenu de l’heure tardive, il ne semble pas opportun d’aborder un sujet aussi complexe et sans véritable pistes de travail. Elle précise aussi que le conseil d’école n’est pas le lieu opportun du débat sur ces réformes, notamment puisque la municipalité traitera le sujet dans le cadre des Commissions et qu’au niveau nationale aucune directives « claires » n’ont réellement été formulées.

Pour contre La FCPE demande à Mme PATROIS une véritable concertation préalable et sur un temps exclusivement destiné à ce sujet,  avec l’ensemble des partenaires scolaires : services concernées de la municipalité, directeurs et enseignants,  médecins et infirmières scolaires, représentants des APE, responsables animations, représentants des associations culturelles de la ville, …

Pour l’API, le conseil est l’un des lieux permettant de traiter le sujet, même plus général, car sa configuration est quadripartite (direction, enseignants, municipalité et parents d’élèves), contrairement aux Commissions qui ne regroupent que 2 représentants par APE (dont les 4 présidents qui doivent se faire le relais auprès de leurs adhérents) et la municipalité. Cela permet également de prendre en considération les caractéristiques de l’école.

M. BOZEC rappelle les grandes lignes de ce rapport  et des autres rapports parus (Cour des comptes, du Conseil Économique et Social) qui mettent en valeur une dégradation des résultats scolaires des élèves en France (cf. évaluations PISA (2))malgré la massification des bacheliers (de l’ordre de 70% actuellement). En effet, le système actuel renforce les inégalités et la réussite scolaire est liée à la catégorie socioprofessionnelle des parents, Elle est aussi liée au sexe de l’enfant : les filles réussissent mieux mais s’arrêtent à l’entrée des concours, les garçons sont pour beaucoup en décrochage scolaire. Le rapport de la Cour des Comptes met aussi en valeur l’inéquitable répartition des ressources de  l’Etat quant à l’éducation puisque certaines académies sont privilégiées (en 2010 un élève parisien reçoit 47 % de plus en moyens de formation qu’un élève banlieusard de Créteil) mais également les ressources et investissements dans l’école sont très variables d’une commune à l’autre. Enfin, l’introduction des nouvelles technologies et l’attitude des enfants vis-à-vis de l’école qui a changé depuis une dizaine d’années (enfants plus individualistes) changent la donne, ce qui engendre un questionnement nouveau relatif au rôle actuel de l’enseignant. Est-il là pour que les enfants apprennent ou pour apprendre à apprendre ?

Il est souligné que ce rapport ne comporte que quelques lignes sur le changement des rythmes scolaires et que la réforme des rythmes ne suffit pas à combattre l’échec scolaire.  A terme, une loi d’orientation devrait traduire les recommandations de ce rapport.

L’API évoque le système très différent d’enseignement qui préside au Québec construit sur un mode projet et développement personnel.

M. BOZEC propose de balayer les conséquences de la réforme des rythmes scolaires sur les collectivités.

Madame PATROIS explique que différents scénarii sont actuellement à l’étude concernant les rythmes scolaires, même si le périmètre est fluctuant encore à ce jour car les impacts sont nombreux sur son personnel (équipe animateurs sportifs, Atsem, animateurs périscolaires). En principe, le 23 novembre, une circulaire devrait officialiser les principales orientations notamment en ce qui concerne le choix, ou non, de la demi-journée supplémentaire (mercredi ou samedi ?).

Mme PATROIS indique qu’elle attend d’avoir une feuille de route pour faire des réunions de concertation, beaucoup de structures municipales ou associatives étant impactées par la réforme ( Ex : Conservatoire).  Elle attend le retour du bilan des demandes d’informations qui a été fait auprès des différentes associations présentes sur Bois-Colombes.

Par ailleurs, la municipalité précise qu’elle va lancer prochainement un questionnaire auprès des parents d’élèves  et un autre spécifique aux enseignants  dont les résultats seront connus en fin d’année.

L’API souhaite avoir une information au fil de l’eau concernant : les résultats de cette enquête, les premiers éléments de réponses et de réflexion de la municipalité sur ce thème, les principales échéances sur le changement des rythmes scolaires.

2 – Le projet d’école

  • Coopérative scolaire : bilan financier 2011/2012

M. BOZEC fait le point sur le bilan financier de la coopérative (exercice du 31 Août 2011 au 1er septembre 2012) et détaille notamment les lignes 77 (dons des parents), 607 (photos de classe), 742 (subvention), 618 (écoles et cinéma) notamment. Ce bilan fait apparaître un déficit de 1975 euros sur l’exercice en partie lié à l’absence de subvention municipale sur le photocopieur ; en effet, la mairie désormais va passer un marché public d’achat et de maintenance de photocopieurs pour l’ensemble des écoles.

Le directeur explique le projet « école et cinéma » (ligne 618), partenariat entre l’inspection et la salle Jean Renoir,  dans lequel s’inscrit Paul Bert B : 4 films issus du patrimoine culturel  sont proposés pour chaque  cycle pour un tarif de 2,50 euros par séance, pris en charge par la Coopérative. Par ailleurs, une documentation pédagogique sera mise à disposition des enfants, les enseignants participants à ce dispositif s’engageant à exploiter le film en classe avec leurs élèves. Ce dispositif profitera à 350 élèves sur les 409 que compte l’établissement.

  • Projets culturels et classes découvertes

5 projets de classe découvertes ont été proposés et tous acceptés : il s’agit d’un séjour à la neige pour 2 classes de CM1 ( Mesdames COLSON et MARQUES) et une classe de CM2 (M. JAMIN), et d’une classe de cirque pour un CP  (M. RAT)  et la classe CLIN de M. GILLIERS.

Concernant les projets culturels, M. BOZEC indique qu’il  est impossible à ce jour de donner des précisions si ceux-ci vont pouvoir se faire dans la mesure où les propositions faites par les enseignants dépassent l’enveloppe attribuée par la municipalité pour rétribuer les intervenants (30 000 euros,).

Ainsi, une renégociation doit avoir lieu très prochainement. Les propositions de projets culturels sont divers : écriture d’un conte pour les 3 CE1, projet théâtre pour 2 CM2, projet Mosaïque pour 5 classes, projet nouveau et relativement couteux en terme de matériel (fresque à mettre à l’entrée de l’école).

L’API interroge la municipalité quant à la renégociation : s’agit-il d’une dégradation des projets ou une remise en cause pure et simple de certains ? Quelles peuvent être les autres sources de financement afin de contribuer à ces projets ? Il est indiqué à cette occasion que les enseignants ont mise en place les années précédentes  des évènements (cf. vente de gâteaux) afin de cofinancer certaines sorties coûteuses. Les APE souhaitent être tenus informées des suites de cette renégociation et des arbitrages de la mairie.

Fin de séance.

 (1)     APE = Association de Parents d’Elèves (au nombre de 2 sur l’école Paul Bert B : API et FCPE)

(2)     PISA = « Programme for International Student Assessment » en anglais, et pour « Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves » en français)

 

 

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.