RYTHMES SCOLAIRES : CR 5ème SEANCE DU COMITE DE PILOTAGE

Dans la continuité du travail en collaboration déjà réalisé sur la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, a eu lieu le jeudi 30 Janvier 2014, la 5ème séance du Comité de pilotage.

Pour rappel, ce groupe de travail a pour but de répondre le plus efficacement possible aux rythmes biologiques des enfants durant leur journée et leur semaine scolaire.

Vous trouverez ci-dessous l’essentiel des informations communiquées et des propos échangés lors de cette séance.

ORDRE DU JOUR

–       Etat d’avancement du projet
–       Le sujet des A.P.C
–       Le questionnaire aux familles

A – ETAT D’AVANCEMENT DU PROJET

M. WAUQUIER rappelle les grandes lignes de l’état d’avancement du projet de mise en place de la réforme des nouveaux horaires

1 – Officieusement acté :

  • Emploi du temps scolaire (lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 11h30 – 13h30 à 15h45 et mercredi de 8h30 à 11h30) : le projet soutenu par la municipalité et l’Inspecteur d’Académie attend la validation officielle du DASEN courant Février 2014.
  • Emploi du temps périscolaire : 15h45 à 18h30 avec possibilité de sorties suivantes :
    • à 15h45 (fin des cours)
    • 17h30 (avec possibilité de départ échelonné jusqu’à 18h30)
    • 18h30 (fin de la garderie)
  • Déroulement du temps périscolaire :
    • 15h45 à 17h30 : Etudes surveillées poursuivies par activités proposées par atelier.
    • 17h30 à  18h30 : garderie classique

2 – Nouvelles propositions de la municipalité

2. 1 – Etudes Surveillées :

M. WAUQUIER informe qu’en accord avec les enseignants et suite à leurs réunions de travail, il a été décidé qu’il n’y aurait plus que 2 jours d’études surveillées par semaine (au lieu des 4 jours actuels) et en alternance des cycles scolaires.

  • Cycle 2 (CP et CE1) : Lundi et Jeudi
  • Cycle 3 (CE2, CM1 et CM2) : Mardi et Vendredi

Les enseignants acceptent de ne pas donner de devoirs à leurs élèves les jours où il n’y aura pas d’études surveillées.

Le temps de 17h30 à 18h30 (avec possibilité de départs échelonnés à partir de 17h30) sera composé d’un temps de garderie classique (comme actuellement en maternelle).

Un directeur d’école souligne qu’il serait personnellement favorable à la suppression complète des études surveillées telles qu’elles sont proposées sous la forme actuelle. Des études réalisées récemment montrent quelles n’apportent rien  en terme de valeur éducative  et d’apprentissage pour l’enfant. Il trouve que les réduire à 2 jours par semaine apparait donc comme un bon compromis avant une éventuelle suppression totale.

Un autre enseignant souligne qu’à Levallois, une école est déjà passée à ce système de 2 études surveillées par semaine et que le résultat est déjà probant : des enfants apprenant déjà par eux-mêmes  à anticiper la rédaction des devoirs sur l’ensemble de la semaine.

2.2 – Activités périscolaires :

Les activités périscolaires seront proposées soit :

  • en activités à l’année
  • en activités par module (cycle entre vacances scolaire et/ou trimestriel)

–  Les 2 jours sans études surveillées : de 15h45 à 17h30, les activités proposées au choix seront soit 1 activité par module + 1 activité annuelle soit 2 activités par module.

Les 2 jours avec études surveillées : de 15h45 à 17h30, temps d’études surveillées suivi d’un temps d’animation calme (jeu de règle, de société, débat, …). Ce temps se déroulera au sein de la classe et sera animé en binôme : un enseignant et un animateur. L’enseignant restant le responsable éducatif référent.

Dans les 2 cas, la distribution et le temps de goûter (service toujours assuré par la mairie) sera géré soit par le binôme (enseignant/animateur) pour les jours avec études surveillées, soit par les animateurs pour les jours sans études surveillées.

Une question reste en suspens : Celle du choix des activités proposées sur les temps périscolaires : par les parents ou par les enfants ?

Pour une question d’organisation, la mairie semble être favorable à un choix par les enfants. La FCPE abonde en ce sens en soulignant que cela simplifiera l’organisation, et si nous souhaitons que ce temps reste un temps de loisirs (volonté de la réforme), il faut que les activités proposées restent au choix de l’enfant. Dans le cas contraire, cela redeviendrait à un temps d’activité « obligatoire » et donc une nouvelle contrainte qui rallongerait la durée de la journée scolaire.

Dans son projet d’organisation périscolaire, la municipalité compte sur 21 postes d’études surveillées nécessaires pour toutes les écoles de la commune. D’après un recensement réalisé auprès des enseignants, ces 21 postes seraient d’ores et déjà assurés.

Pour terminer sur les temps périscolaires, la municipalité estime à 50% l’effectif d’enfants restant au-delà de 15h45 (actuellement il est de 47% pour une sortie à 16h30).

2.3 – Focus sur l’organisation périscolaire spécifique aux maternelles :

Globalement la forme et l’offre ne vont pas changer fondamentalement, seule la durée des temps périscolaires de fin d’après-midi va augmenter :

  • 15h45 : fin des cours,
  • 15h15 à 16h30 : temps de goûter et de récréation libre,
  • 16h30 à 17h30 : temps d’activités périscolaires proposées par ateliers. Cette heure complète satisfait les responsables périscolaires pour pérenniser les ateliers,
  • 17h30 à 18h30 : temps de garderie classique et départ échelonné à partir de 17h30,
  • 18h30 : fin de la garderie.

Un responsable de centre de loisirs souligne la déception des équipes d’animations sur la perte du mercredi matin pour construire des projets sur le long terme.

B – LA QUESTION DES A.P.C (Activités Pédagogiques Complémentaires)

Comme nous le soulignons dans notre précédent compte rendu (réunion du 29/01/2014)  un point de divergence est apparu sur le positionnement des APC, actuellement positionnées sur le temps méridien.

1 – La position de l’inspecteur :

M. BOUHOURS rappelle le rôle et la durée de ces APC. (1)

Il précise qu’il est difficile de les positionner :

  • Le matin en raison d’un début de classe à 8h30.
  • Sur le temps méridien de par l’obligation de laisser les enfants « ne rien faire » pendant au moins 1h30 sur le temps du midi. Avec 2 heures de pause méridienne sur les écoles de la commune, on pourrait éventuellement récupérer ½ heure (13h00-13h30) mais cela ne parait pas assez long pour installer une APC efficace.
  • Le mercredi midi de par l’obligation de ne pas donner aux enfants plus de 3h30 de cours par ½ journée scolaire (et 5h30 par journée). En positionnant l’APC après les cours du mercredi matin, on serait au-delà (d’1/2 heure) de cette contrainte horaire.

Le positionnement à la fin de la journée (de 15h45 à 16h45) lui parait plus faisable.

Il précise également qu’il n’y a pas d’obligation de faire l’APC en une seule séance hebdomadaire d’1 heure. Elle peut éventuellement se décliner en 30 mn, 40 ou 45 mn selon le choix d’organisation des enseignants.

M. BOUHOURS propose de faire ½ heure le mercredi midi et ½ heure un autre jour de la semaine. Les enseignants ne semblent pas visiblement très emballés par cette proposition.

2 – la position des enseignants

Majoritairement les enseignants ne sont pas favorables au positionnement de l’APC en fin de journée. Ils estiment qu’après la fatigue d’une journée complète, les enfants ne seront plus réceptifs et en acceptation d’un travail supplémentaire.

Deux nouvelles propositions sont faites par les enseignants :

1er proposition :

Décaler la sortie de 15h45 à 16h00 (ce qui ne changera rien pour l’organisation des parents) et ainsi récupérer 1h00 (4 x ¼ heure) qui permettrait d’arrêter la classe à 10h30 le mercredi matin et de positionner durablement et efficacement l’APC de 10h30 à 11h30.

Difficulté : que faire des enfants n’allant pas en APC de 10h30 à 11h30 ?

2ème proposition :

Décaler la fin de la matinée de 11h30 à 11h45 et ainsi récupérer 1h00 (4 x ¼ heure) le mercredi à fractionner selon les besoins des enfants allant en APC.

3 – La position de la municipalité

La position de  la mairie est de ne pas mettre en concurrence l’APC avec les activités périscolaires et les études surveillées. Elle n’est donc pas favorable à leur positionnement en fin d’après-midi. D’autant plus que cette solution l’obligerait à ouvrir une nouvelle porte de sortie à 16h45 (avant celle de 17h30), pour les enfants allant en APC mais pas sur les temps périscolaires.

Pour une question d’organisation, la mairie souhaiterait voir ce temps positionné le mercredi midi après les cours soit sur  le temps méridien des autres jours de classe.

Pour terminer M. WAUQUIER pose la question de savoir quand sera prise la décision sur le positionnement de l’APC, car celui-ci impacte directement l’organisation du temps périscolaire à mettre en place. M. BOUHOURS répond qu’il n’y a pas de date définie à l’heure actuelle.

(1)  les APC représentent 36 h/an soit environ 1 heure /semaine. Elles représentent en faite la 25ème heure (par semaine) de temps scolaire dévolue au programme et mise à la disposition des enseignants, pour les enfants.

C – LE QUESTIONNAIRE AUX FAMILLES

Pour connaitre la position des familles sur leur souhait de laisser ou non leurs enfants au-delà de 15h45, la mairie propose la rédaction d’un petit questionnaire. Celui-ci serait distribué via les cahiers de correspondance des élèves, pour une diffusion et un retour le plus optimum.

M. WAUQUIER propose donc aux membres du COPIL de réfléchir sur une formulation (1 ou  2 questions maximum) : sachant que la municipalité veut chercher à chiffrer ceux qui ne resteront pas plutôt que ceux qui resteront.

M. WAUQUIER pense – à juste titre – que ceux qui ne viendront pas, ne viendront jamais. A l’inverse de ceux qui viendront et qui le feront de façon plus ou moins régulière (comme actuellement sur les études surveillées).

La FCPE compte sur l’implication de toutes les familles pour répondre efficacement et largement à ce futur et très utile questionnaire.

L’aspect tarifaire et forfaitaire n’a pas (encore) été abordé.

Fin de la séance 20h30

ÉTAIENT PRÉSENTS :

  • Mme PATROIS – Maire-Adjoint en charge de la vie scolaire et périscolaire,
  • M. WAUQUIER – Directeur général Adjoint du Pôle Education,
  • M. THIROUARD – Chef du service Enseignement,
  • M. DESSEROIR – Chef du service Restauration et Entretien,
  • Mme BAYARD – Directrice des services Culturels,
  • Mme FORTEL-MERAD – Coordinatrice des Centres de loisirs et de l’accueil périscolaire,
  • M. BOUHOURS – Inspecteur de l’Education Nationale,
  • Les directeurs d’école,
  • Les responsables de centres de loisirs (ALSH) et d’accueils périscolaires,
  • Les représentants des Associations de Parents d’Élèves de chacune des 10 écoles de la commune,
  • Les présidents des Associations de Parents d’Élèves (FCPE, API, AI-BCN et PEEP).

L’équipe COPIL de la FCPE Bois-Colombes Sud était composée de :

  • Ecole maternelle Pierre-Joigneaux : Gérald KOHLENBERGER
  • Ecole primaire La Cigogne : Florencia MERLEN
  • Ecole élémentaire Paul-Bert A : Alyette HAMOT-MAILLOT
  • Ecole maternelle Paul-Bert (et resp. commission travaux) : Aliette HEBERT
  • Président FCPE (et resp. commission restauration) : Jérôme de LAVENNE

Lilia DECERISY pour l’école Paul-Bert B était excusée

L’équipe FCPE – Bois-Colombes Sud.

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.