SEMAINE SUR L’ILLETTRISME

Le mot est tout récent, c’est un néologisme créé en 1981 par ATD Quart-Monde afin de désigner « les personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante », décrit l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme. Selon ses statistiques, basées sur une mesure réalisée par l’Insee en 2012, 7 % des 18-65 ans, en France, sont illettrés. Soit 2,5 millions de personnes.

Il ne faut pas confondre les illettrés avec les nouveaux arrivants, qu’on catégorise « Français langue étrangère ». Ils apprennent la langue du pays où ils résident. Contrairement à ce que l’on croit souvent, l’illettrisme n’est pas plus fréquent dans les familles d’origine étrangère. Selon les chiffres de l’Insee, 70 % des personnes illettrées ont grandi dans un environnement familial francophone.

Enfin, on parle d’ analphabétisme pour désigner des personnes qui n’ont jamais été scolarisées et n’ont jamais appris à déchiffrer l’écrit. Selon l’Unesco, « 758 millions d’adultes âgés de 15 ans et plus dans le monde ne savent toujours pas lire ou écrire une phrase simple. Près des deux tiers sont des femmes. »

En pleine semaine de sensibilisation sur l’illettrisme en France, ce chiffre de 2,5 millions de personnes qui ne savent pas lire, est inacceptable.

En cliquant sur les liens suivants, vous pourrez consulter articles, infographies et interviews parus dans Le Parisien (édition des Hauts-de-Seine) du Vendredi 9 Septembre 2016.

 

L’équipe FCPE – Bois-Colombes.

About FCPE Bois-Colombes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *