Stop aux Non Remplacements !


Vous trouverez ci-après le Compte rendu de l’entretien accordé le mardi 16 octobre 2012 par l’inspection d’académie à trois représentants FCPE et API, au sujet du non remplacement des professeurs absents.

Suite à la manifestation organisée mardi 16 octobre (cliquez sur le lien) au matin par des parents d’élèves de l’école maternelle Paul Bert, soutenus par l’API et la FCPE, pour protester contre le faible taux de remplacement des enseignants absents, une délégation, constituée de 2 élues FCPE et API et de la mère d’une élève de la classe de moyenne section plus particulièrement concernée, a été reçue à 15h30 par Mme Quilien, inspectrice de l’éducation nationale, adjointe au directeur académique des services départementaux de l’éducation nationale (nouvelle appellation de l’inspecteur académique) pour le « premier degré » (c.a.d. pour les écoles maternelles et élémentaires), en présence de Mme Zelmati, inspectrice, coordonnatrice pour l’A.S.H. (Adaptation Scolaire et Scolarisation des élèves handicapés).

La délégation de parents a fait part des préoccupations des parents d’élèves des écoles actuellement concernées par le manque de remplaçants – la maternelle Paul Bert, les écoles Paul Bert B, Pierre-Joigneaux et Jules-Ferry – ou qui pourraient l’être à l’avenir, dans la circonscription ou dans le département. Les représentantes de parents d’élève ont toutefois souligné que leur action n’était pas tournée contre les professeurs absents.

L’élue FCPE  a rappelé qu’au début avril 2012, la FCPE Sud avait adressé au directeur académique un courrier portant sur le même sujet et qui était resté lettre morte.

Sans surprise, Mme Quilien a répondu en substance : « je comprends vos inquiétudes pour le bien-être et la scolarité de vos enfants mais les temps sont durs »…

L’inspectrice a affirmé que la circonscription de Bois-Colombes n’était « pas stigmatisée » au profit d’autres (pour mémoire, l’académie en compte 29 au total) et que si certains remplacements ne pouvaient y être assurés, c’était parce que le vivier de remplaçants était régulièrement vide et qu’on ne pouvait pas toujours puiser dans le vivier des circonscriptions voisines ou dans celui du département car la situation n’y était pas meilleure. Au cours de l’entretien, il est apparu que la distinction entre remplaçants « ZIL » (sur une zone d’intervention localisée) ayant initialement vocation à assurer les remplacements de 15 jours au plus et « Brigade » (intervenant dans le département, généralement pour une longue durée) tendait à s’estomper car le maître mot est la « mutualisation ».

Plus généralement, les inspectrices ont déploré qu’il leur avait fallu faire face en septembre 2012 à une des pires rentrées, en termes de gestion des postes d’enseignants. Cela pour deux raisons principales :

1° –  il a fallu que l’académie « rende » (comprendre « supprime ») 33 postes à la rentrée 2012. Initialement, il fallait en rendre 63 mais grâce à la mesure d’urgence du nouveau gouvernement consistant à (re)créer 1000 postes, 30 postes ont été préservés.

2° –  conformément à la circulaire de rentrée du nouveau ministre, les 264 professeurs stagiaires affectés dans l’académie n’ont pas effectué un service complet et ont été « accompagnés » par des professeurs d’expérience. C’est pourquoi des remplaçants ont assuré une partie des cours revenant normalement aux stagiaires ou à leurs tuteurs. D’où une baisse sensible du nombre de remplaçants disponibles.

En ce qui concerne les perspectives à moyen et long terme, elles ne peuvent être mirifiques mais elles iront en s’améliorant, selon l’inspectrice.

a) – s’agissant du court terme, à compter du 16 octobre jusqu’aux vacances de la Toussaint :

Le remplacement de l’enseignante de la classe de moyenne section de l’école maternelle Paul Bert sera assurée (cette information a été diffusée à 8h00 le 16 octobre), grâce à la venue d’une remplaçante relevant de la « ZIL » de Levallois-Perret les 16, 17 et 18 octobre, puis  d’un(e) remplaçant(e) relevant de la « brigade ».

Mme Quilien a récusé l’idée qu’on « déshabillait Pierre pour habiller Paul » en précisant que la remplaçante « ZIL » était disponible pour venir à Bois-Colombes (quid cependant pour un remplacement nécessaire à Levallois ?).

Les représentantes de parents d’élèves ont exprimé leur préoccupation quant à la valse des remplaçants en cas d’« absences perlées » (courtes mais répétées) car elle déstabilise les enfants.  La délégation a obtenu la promesse de Mme Quilien qu’elle examinerait la possibilité de maintenir jusqu’aux vacances de Toussaint la remplaçante « ZIL » envoyée à la maternelle Paul Bert. Cela n’est pas exclu dès lors que l’enseignante a fait connaître la prolongation de son arrêt de travail jusqu’au 26 octobre.

Mme Quilien a reconnu que les « absences perlées » étaient les plus problématiques. En tout état de cause, une absence d’un jour pour maladie ne peut être remplacée.

b) –  s’agissant du moyen terme, après les vacances de la Toussaint :

Il y aura une légère amélioration des effectifs de remplaçants disponibles, due au fait que les professeurs stagiaires vont revenir à temps plein devant leurs classes, ce qui va libérer un certain nombre de remplaçants. A la question posée par l’élue FCPE pour connaître le nombre exact de remplaçants disponibles pour intervenir dans les écoles de Bois-Colombes, on m’a répondu qu’il n’était pas significatif puisque des remplaçants d’autres circonscriptions ou du département étaient habilités à intervenir dans la commune…

c) – s’agissant du long terme, à la rentrée 2013 :

L’académie devrait voir ses moyens humains renforcés, conformément au programme du gouvernement. Cependant, la crise budgétaire frappant l’Etat, il faut s’attendre à ce que les besoins de postes recensés en cette fin d’année par les responsables de l’académie dans le cadre du dialogue de gestion avec le ministère ne puissent être entièrement satisfaits.

Il est encore à noter qu’au cours de la discussion, Mme Quilien a observé qu’il était dans les compétences de l’inspecteur de circonscription dont dépendait Bois-Colombes (M. Bouhours) d’assurer la gestion administrative et donc le suivi des enseignants fragiles, en clair, de voir avec eux les solutions possibles pour les aider à assurer leur service.

L’équipe FCPE de Bois-Colombes Sud.

PJ : Article paru dans le Parisien édition du 17 Octobre 2012.

About FCPE Bois-Colombes SUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.